fév 1 2012

Expédition spéléo en Papouasie: arrivée à l’autre bout de la planète

Après 44 heures de voyage, en suspens dans le monde irréel des aéroports entre Paris, Dubaï, Singapour et Port Moresby, nous voici enfin à Kokopo, une petite ville côtière à la pointe nord de l’île de Nouvelle Bretagne, quasiment à l’autre bout de la planète.

Le décalage avec la France est de 10 heures mais il est surtout culturel!

Voici le premier numéro de notre journal d’expédition sur AriegeNews, les suivants seront envoyés par téléphone satellite depuis notre camp de base en pleine forêt des Nakanaï, 900m au-dessus du village de Pomio dans la Baie de Jacquinot.

Nous sommes 3 Ariégeois (dont Phil Bence, membre du BGPA) participant à l’expédition nationale 2012 d’exploration spéléologique de la FFS (Fédération Française de Spéléologie). Notre équipe se compose de 13 personnes, Français et Suisses, tous spécialistes de spéléologie et passionnés d’aventure.

A notre arrivée, les premières nouvelles ne sont pas toutes bonnes.

-Notre container de matériel parti en novembre de France a pris du retard à cause de tempêtes dans le pacifique.
Nous avons reçu la confirmation de son arrivée seulement aujourd’hui, ce vendredi 27 janvier.
Une partie de l’équipe s’est rendue au port de Rabaul pour faire la réception et les formalités douanières de rentrée en Papouasie. Espérons que ce ne sera effectivement que des formalités…

- A cause de la faiblesse de l’Euro face au Dollar, nous avons perdu 40% de pouvoir d’achat en Kina (monnaie locale) par rapport à notre dernier séjour en 2010, dur pour nos finances car la vie est chère ici, plus qu’en France…

- La ligne aérienne de bimoteur 6 places jusqu’à Pomio est interrompue, le bateau, avec ses aléas, sera notre unique option pour rejoindre la baie et en repartir en mars…

Tous ces imprévus font partie d’une expédition en Papouasie et nous le savons trop bien car c’est la 5e pour nous sur cette île depuis 2002.

Rien d’insurmontable et surtout pas de quoi entamer notre motivation à poursuivre la découverte des réseaux immenses cachés sous ces montagnes.

Nous en avons déjà découvert et cartographié plus de 50 kilomètres dont 15 sur la zone de la Matali (nom de la résurgence qui draine le massif) en 2010.

C’est là que nous retournons cette année, afin de poursuivre l’exploration et la connaissance de ce monde souterrain envoûtant.

Au fil des explorations, un réseau majeur se dessine petit à petit sur les cartes.

Nous espérons lever les points d’interrogation laissés 2 ans plus tôt à l’extrême aval, 550 mètres sous terre après avoir franchi 2 siphons (passages noyés).

Nous allons poursuivre aussi le courant d’air dans les réseaux supérieurs, après l’escalade de parois verticales pour rejoindre les entrées supérieures cachées sur les hauts plateaux plusieurs centaines de mètres au-dessus.

Voici les objectifs majeurs de notre voyages, pas très conventionnel j’en conviens mais tellement passionnant!

Nous allons enfin tourner des images en vue de réaliser un film avec Petzl pour partager nos aventures sur grand écran.

La suite au prochain numéro!

Explos – Expédition Wowo 2012
Le site de l’expédition: www.2012.papouasie.org

Par email, Phil Bence, Florence Guillot, Guillaume Capgras

Posté par Rod


mar 21 2011

Retour du Laos

3 semaines passées sur le massif karstique de Khamouane dans la continuité du travail réalisé les années précédentes par les membres de l’équipe.
Nous avons commencé par travailler sur le réseau de Koun Don / Houay Sai, près de Thakek. Connu sur 11 km, le système dépasse maintenant les 21 km et devient le second plus important du Laos. Nous avons découvert de nouvelles entrées perdues sur le massif et navigué sur le collecteur principal sur plus d’un km. Cette semaine s’est terminée par une courte intervention secours pour évacuer un collègue blessé à la jambe suite à une glissade. Un accident, heureusement sans trop de conséquences, une belle entaille, quelques points de suture et un repos forcé pour la victime.
Les 2 semaines suivantes se sont déroulées dans la vallée de la Nam Hin Boun. Nous avons, là encore, fait de belles découvertes dans plusieurs cavités, dont Tham Lom, une cavité perchée 150 m au-dessus de la vallée. Elle développe maintenant 4,6 km. Un réseau complexe qui ne se livre pas facilement, chaque branche comporte de nombreux passages techniques, escalades, traversées, étroitures, puits, etc. Derrière ces obstacles, nous avons eu la chance de découvrir et parcourir de larges galeries superbement concrétionnées.
Un bilan largement positif avec plus de 18 km de galeries nouvelles explorées et une meilleure connaissance du superbe karst de Khamouane.

Cette expédition est parrainé par la Fédération Française de Spéléologie.

D’autres photos à voir sur le site d’Explos

Phil Bence


nov 13 2009

Expédition Pangaea – Mike Horn

Pangaea est un projet ambitieux de tour du monde sur une durée de 4 ans. Pangaea, c’est le nom du gigantesque continent qui regroupait les masses terrestres de toute la planète. C’était il y a deux cents millions d’années. Pangaea, c’est aussi l’acronyme anglais pour « Aventure Mondiale pour une Action Environnementale ». Mike Horn a fait le tour du monde par l’équateur, le tour du monde par les pôles. Il veut maintenant partager son expérience avec les jeunes générations et les sensibiliser à la beauté et au respect de la Nature, notre mère, comme il l’appelle.

« Je veux faire partager mon expérience aux générations futures, les motiver à trouver des solutions et au bout du compte un équilibre durable entre la nature et l’Homme. De tous mes projets, celui-ci est  le plus formidable. C’est une chasse au trésor, ou aux solutions plutôt, car je suis sûr qu’il en existe. En travaillant ensemble, et en faisant preuve d’ingéniosité, de dynamisme et de ressource, la symbiose de nos efforts individuels peut créer un élan collectif capable de faire changer les choses. Ensemble, nous pouvons exploiter l’une des sources d’énergie les plus puissantes du monde : la jeune génération », explique Mike.

Le bateau Pangaea a été construit sur mesure au Brésil. C’est un vrai 4X4 des mers, capable d’aller dans les endroits les plus inaccessibles. Il servira de base logistique pour explorer tous les continents, tous les éléments, les déserts chauds et glacés, les forêts, les montagnes, les cours d’eau, l’atmosphère.

Au printemps 2009, Erwan Le Lann de PETZL propose d’intégrer la découverte et la compréhension du monde souterrain au programme de l’expédition, Mike Horn trouve l’idée intéressante et nous lui faisons des propositions dans différents pays du sud-est asiatique et d’Océanie. C’est finalement dans les montagnes calcaire du park national de Mulu, état de Sarawak au nord de Bornéo que les Young Exploreurs ont pu pratiquer la spéléologie après 10 heures de navigation en express boat et pirogue pour arriver jusqu’au park. Au programme une superbe traversée de 5 km dans le grand réseau de Clearwater, une progression variée et ludique avec, pour finir, le parcours d’une belle rivière souterraine sur 1,5 km de long.

« Nous voulons vous montrer que tout est possible, nous vous avons donné une clé, la porte est grande ouverte, à vous d’aller de l’avant. » C’est avec ces paroles que Mike a dit au revoir aux jeunes pour lesquel ces 3 semaines de programme viennent de se terminer à Miri, Sarawak. Ils sont rentrés chez eux pour porter le message de Pangaea et lancer des projets environnementaux.

Prochain rendez-vous en Inde où Mike souhaite renouveler l’expérience avec la nouvelle équipe de Young Exploreurs pour la prochaine session du projet.

Toutes les cavités de Mulu ont été découvertes par des équipes de spéléologues anglais travaillant depuis plus de 20 ans sur ce massif. Un grand merci à Dave Clucas et à sa femme pour leur aide précieuse sur la préparation.

Phil Bence