août 2 2013

UNE COURSE D’ARETE A DECOUVRIR : L’ARETE DES GENTIANES

Situé à la frontière de l’Andorre et des pyrénées Orientales, l’arête des gentianes aboutit au Pic Occidentale de Font Négre à  2830 m . Elle possède de véritables atouts en matière d’initiation à l’alpinisme. Tout d’abord son approche est relativement restreint : 1h 30 de marche et 400m de dénivelé  pour accéder au col , point d’attaque de l’arête.

Le profil de l'arête

 

Sa difficulté est variable, soit on suit au plus prés son fil et on pourra rencontrer quelques courts passages de 4. Ou alors en passant légèrement sur sa droite, les difficultés seront moindre.

 

le versant est de l'arete

 

La progression se fait alternativement entre une progression aux anneaux et passages ou l’on va tirer quelques petites longueurs  en plaçant ses protections. Les relais seront toujours très confortables et le placement des coinceurs évidents.

 

des belles petites longueurs bien aériennes

 

Le rocher quoique parfois un peu lichéneux, il est d’une bonne qualité et le parcours sur le fil propose de beaux passages bien aérien.

Il faut compter 3 bonnes heures pour réaliser son parcours.

 

Progression aux anneaux

 

 

Elle s’adresse aux alpinistes en herbe voulant s’initier aux techniques bien spécifique de ce type de parcours, mais également aux grimpeurs plus typés falaise et voulant découvrir d’autres horizons tournés vers la haute montagne.

Une bien belle journée de montagne en perspective !

Bruno COLLA


août 2 2013

Voies classiques au Pic du Midi d’Ossau

Le pic du midi d’Ossau est une des montagnes emblématiques des Pyrénées. Plusieurs courses parcourant ces flans font partie « des 100 plus belles » et ce n’est pas un hasard.
La muraille de Pombie est particulièrement représentative de l’escalade élégante et épurée que l’on peut y rencontrer.

En compagnie de Dominique et Isabelle, je suis allé revisiter avec toujours autant de plaisir 2 belles classiques de la face.

Premier jour, nous sommes allés faire la voie des surplombs en sortant en haut des vires depuis le cirque gris. Comme je m’étais déjà fait la réflexion, c’est  une voie plus longue qu’il n’y parait.
Cet itinéraire constitue un excellent premier contact avec le style d’escalade que l’on peut rencontrer ici.

Les 3 premières longueurs se déroulent bien, les filles ont l’air de bien s’adapter au style et sont plutôt à l’aise… Au dessus du troisième relais, l’itinéraire officiel part bien à droite pour rejoindre une dépression, mais j’ai repéré au dessus une « fesse déversante » qui m’attire !
Ca va être l’occasion de pousser mes seconds dans leur retranchement. Cette variante est vraiment magnifique, très technique et dans le pur style « combat de rue » en fissure large…

 

La suite est plus classique et on navigue en prenant soin d’éviter les fameux surplombs ! Bonne gestion du tirage indispensable…

Il s’agit de rester concentré car une fois arrivé aux vires, une deuxième course commence : La descente !

Deuxième jour, nous partons pour un chef d’œuvre Ravieresque, la sud est classique. Dans cette voie, la beauté de certains passages n’a d’égal que l’implacable logique de l’itinéraire.

Nous parcourons avec enthousiasme « les escaliers gris », puis le magnifique dièdre parfait qui lui fait suite.

Dans le haut de l’itinéraire, un astucieux crochet à gauche puis à droite, permet de contourner un toit pour donner accès au couloir de sortie.
On finit par l’enjambement depuis l’aiguillette Jolly et rebelote pour la descente par la voie des vires… D’ailleurs, cette année, l’enneigement exceptionnel a imposé une petite variante par les virettes qui nous déposent après un rappel de 45 m, au fond d’une belle rimaye !
Romain Wagner

 


juil 16 2013

Montagne & escalade à l’Aiguille d’En Beys 2632m – 9 & 10 juillet 2013

Comme chaque année, Jean-Pascal, un fidèle habitué du Bureau des Guides me recontacte pour un petit périple dans les montagnes Ariégeoises. Cette année nous décidons d’aller explorer les Aiguilles d’En Beys. La voie retenue est coté D sup et fait 200m.  Le 1er  jour , l’après-midi est consacré à la montée au refuge. Sylvain et Marine, les gardiens du jour nous réservent un super accueil, le temps est couvert et orageux. Qu’en sera-t’il demain ?

Réveil 6h grand beau, une belle journée s’annonce…

L’approche se fait en partie sur de bons névés recouvrant un infâme chaos de blocs, trop facile…

La voie est très belle empruntant judicieusement les faiblesses du pilier. Les difficultés sont raisonnables et n’excèdent pas le 5C. 6 longueurs et c’est le sommet, on aurait bien continué pour quelques longueurs de plus…

 

 

La descente toujours sur la neige vers les étangs de la Grave toujours gelés nous ramène rapidement au refuge. Une bonne assiette pleine de bonnes choses et nous sommes prêts pour la descente.

 

 

 

 

Conclusion, 2 jours d’immersion dans ces belles montagnes d’en Beys. Certes la marche d’approche reste un peu longue; Mais au-delà de la voie très belle, le plaisir de fréquenter ce milieu très enneigé à cette époque-là de l’année nous restera longtemps gravé comme un bon moment de montagne !

Bruno

 

 


juil 12 2013

Conditions montagnes

Bonjour

Vous êtes nombreux et nombreuses à nous solliciter pour connaitre les conditions en montagne, alors nous vous proposons ci-dessous un petit  topo non exhaustif établi d’après les informations récoltées auprès des membres du Bureau sur le terrain:

Alpinisme:

« Il y a encore de la neige en haute montagne au dessus de 2500m en versant nord donc certains itinéraires nécessitent d’être équipé de crampons et de piolets mais toutes les courses sont réalisables sans problèmes : l’arête du Rhule, l’arête des Gentianes, le Pic proental de Font Negre, le Pic des Baillettes, la vallée du Campcardos) Simon, GHM.

« Toutes les voies de la dent d’Orlu sont grimpables, je confirme », Fred, GHM

Randonnée et VVT:

« En ce qui concerne la Randonnée et le VTT, aucun problèmes quand à l’enneigement, ça a bien fondu ces 2 dernières semaines donc a part un refuge et un sommet (Montcalm et Valier) où il y a encore beaucoup de neige ya pas grand chose à dire à part que la montagne est trop jolie et que chez nous les vaches elles sont pas violettes », Mat, AeM/VVT

Canyon (infos venant directement d’EDF):

- Marc : avis de déversement toujours en court 24h/24, pratique interdite.

- Artigue et Subra  : pas d’impact des aménagements EDF sur le canyon, débits naturels soutenus avec amplitudes journalières importantes. (Ces canyons sont en crue et impraticables, ndl).

- l’Escale : prise d’eau de Peyregrand en amont hors d’eau. Tout le débit naturel transite dans le Brouquenat et le ruisseau des Escales. (le débit de l’Escale est d’habitude régulé mais il présente actuellement son débit naturel. Impraticable, ndl)

- Argensou : pas d’impact des aménagements EDF sur le canyon, débits naturels modérés.

Voila pour les infos que nous pouvons vous fournir. La fonte est plus que bien amorcée et mis a part quelques faces spécifiques en haute montagne les conditions de randonnée sont quasiment normale en Ariège. N’oubliez pas de vous informer sur la météo, de prendre avec vous le matériel nécessaire (eau, nourriture, veste chaude et/ou coupe vent, lunettes de soleil et trousse de secours) et de redescendre vos déchets.

Profitez bien de la montagne et regalez vous!

A bientot

Yann


juil 3 2013

LE VIGNEMALE 3298 M, LE WEEK-END DERNIER

 

Au départ sur le GR au dessus de la vallée d'Ossoue

Le bureau des guides de l’Ariège à organiser l’ascension du Vignemale pour la rambling society, comité d’entreprise d’Airbus.

Beau temps, beaucoup de neige et tous le monde au sommet, une belle réussite.

Et c'est parti!

 

Un beau orri restauré

la belle cascade en montant à Baysselance

 

 

 

 

Beaucoup de neige sous le refuge

 

 

Départ du refuge au petit matin

 

le Monferrat, le petit et grand Vignemale

 

 

 

 

Les cordées s'échelonnent, chacune à leur rythme

Vue plongeante sur la vallée dOssou

 

 

 

 

 

 

 

La neige est un peu dure!

La descente sous le refuge
Le passage raide sous le sommet

Au sommet du Vignemale 3298m

 

 

Enfin le Vignemale

 

Dans l'ombre le haut de la face nord du piton carré

Le Marboré, le Taillon et les autres....

passage exposé, crampons et corde fixe nécessaire.


juin 19 2013

Les conditions exceptionnelles en canyon et à l’Argensou

Salut.

Bon, pas besoin de vous la faire à l’envers, vous avez pu le constater, les débits des rivières en ce début d’été sont plutôt conséquents, voir même carrément importants. Pour faire simple, ici en Ariège en tout cas, tout est en crue ! Voilà, c’est dit.

Normalement, et puisque quand même, les rivières sont son gagne-pain estival, le collège canyon du Bureau  devrait être dépité et déprimé à l’idée de ne pas pouvoir travailler cet été, prêt à se jeter collectivement du haut d’un pont dans les eaux tumultueuse et boueuses de l’Ariège par exemple. Et ben oui, mais non !

Il se trouve que si l’enneigement est encore effectivement exceptionnel en altitude cette année, les conditions le sont aussi pour le canyoning, la première et évidente conséquence de la fonte de la couche neigeuse sur les bassins versant des rivières étant une très forte augmentation de leur débit. Ainsi, les canyons de l’Artigue et de Subra ne seront probablement pas praticables avant mi-juillet et l’Escales et Orlu resteront en crue tout l’été car EDF réalise des travaux dans leurs amonts. Reste donc Marc et l’Argensou.

Marc est situé dans la continuité (en aval donc) de l’Artigue mais collecte en plus les eaux des canyons de l’Estat, de Subra, de Belcaire et de quelques petits affluents. Même si une prise d’eau EDF régule le débit en aval de la sortie de l’Artigue et de l’Estat, Marc est aujourd’hui énorme, comme le Vicdessos tout le long de la vallée du même nom d’ailleurs.  Il faut donc attendre que le débit baisse dans l’Artigue et dans l’Estat pour que l’action de régulation de la prise d’eau EDF fasse effet et permette de pratiquer dans Marc,  ce qui devrait normalement prendre encore un petit moment. En effet, les quantités d’eau qui arrivent actuellement de l’Artigue et de l’Estat sont telles qu’elles font déborder la retenue d’eau de l’Artigue, engendrant un débit exceptionnellement élevé dans Marc et le Vicdessos. Vous suivez ?

 

 

Par contre, et c’est donc bien là le point dont au sujet duquel je voulais vous entretenir, il y a l’Argensou !  Car même quand tout va mal partout, il y a toujours des endroits où ça va bien! L’Argensou est donc en crue comme tous ces copains, pas de surprise, mais à lui, ça lui va très bien ! On n’a jamais vu de telles conditions de pratique dans ce canyon. Le débit de cette rivière est d’habitude et très tôt dans l’été assez faible et nous y travaillons dans la partie basse, qui est un support quasi idéal pour l’initiation au rappel arrosé des débutants et des enfants (à partir de 8 ans). La partie haute présente un intérêt limité à la pratique technique par faible débit mais devient très intéressante, aquatique et super fun avec de l’eau.

Les conditions sont donc exceptionnelles dans l’Argensou en ce moment et en font une course particulièrement originale et attractive. Sportive aussi, il faut bien le reconnaître, mais sans rien d’extrême non plus. Toujours accessible aux débutants sportifs en tout cas. Nous y avons emmené des clients le w end derniers et sincèrement, tout le monde s’est régalé.

Le canyon est à tendance verticale, plutôt technique donc (ce qui ne veut pas dire difficile…) et devient ludique et tonique avec le niveau d’eau actuel, idéal pour s’initier aux techniques de progression sur corde en cascades arrosées. C’est une course plus longue et technique que son cousin l’Artigue qui présente un réel caractère ludique par ce débit, surtout dans sa partie basse.  Il propose une douzaine de cascades de 7 à 20m, des tyroliennes et 5 beaux toboggans, habituellement quasiment secs. Au vue de l’enneigement de son bassin versant nous pensons que cette situation de hautes eaux va durer encore au moins 2 semaines dans l’Argensou. Ensuite les niveaux d’eau vont baisser progressivement, jusqu’à permettre la pratique dans les autres canyons, à commencer par Marc, La classique du coin à la demi-journée. Il faut donc en profiter pour découvrir ce canyon en conditions exceptionnelles, c’est une opportunité qui se présente rarement.

Pour rappel, tous les professionnels du canyonisme du Bureau des Guides vous fournissent, en exclusivité en Ariège s’il vous plait,  et en plus des chaussons néoprène et de la classique combinaison néoprène 2 pièces 5mm, un t-shirt lycra néoprène 3mm et des chaussures spéciales pour le canyonisme. De quoi avoir chaud et tenir sur ses pieds. En attendant de retourner d’ici 2 ou 3 semaines dans l’Artigue, Marc, Subra…

On vous tient au courant de l’évolution des conditions de pratique bien entendu.

A bientôt et bonjour chez vous.

Yann

 


juin 5 2013

Le printemps en Sardaigne

Après avoir résister tout l’hivers à la neige et au froid, et le printemps qui tardait à venir en Ariège, nous avons décidé de partir vers le Sud continuer notre petit tour des îles de la Méditerranée.

Scolegia di Pranu Sartu

C’est pendant 2 semaines fin Avril que nous sommes partis, Delphine et moi, à la découverte de la Sardaigne.

Plus sauvage que la Corse, plus vert que la Crète, les paysages et l’ambiance sarde nous incitent à visiter la moitié sud de l’île.

La côte de Baunei nous ouvre ses portes ! Dans un endroit perdu dans les chênes verts, les cochons sauvages sont les rois, nous retrouvons Simon, Flo, Bruno, Elo et Richard (sur place déjà depuis une semaine).

La fine équipe au complet !

Après une bonne journée de grimpe nous mangeons dans un ancien restaurant des plats typique, Antipasti, sorte de plat d’entrée, composé d’un mélange de charcuterie, artichaut et fromage, puis viennent les pizzas, un marcassin à la broche, les desserts etc… un repas gargantuesque !

 

Pizza de fou !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous remontons la côte vers Calagonone, petite station balnéaire est devenue un point central pour de nombreux spots de grimpe type  « couenne » notamment  la Codula Fuili,  étroite vallée débouchant sur la mer ainsi que  les Gorges de Goropu dans le massif de Supramonte avec de magnifiques grandes voies atteignant plus de 400m.

gorges de Goropu

Ambiance agréable, poser dans un camping nous profitons du farniente, avec un programme choisi chaque jour par tout le monde !

Je propose à toute l’équipe de faire un beau canyon dans le secteur : Codula Orbisi avec une petite partie spéléo. Une des plus belle descente de Sardaigne !

Codula Orbisi

Nous poursuivons notre voyage vers Cagliari, étape pour découvrir la grande ville et ses rues étroites, ses boutiques et ses pizzerias alléchantes !

falaise à Ulassai

Puis nous allons vers Iglesias et ses vallons miniers, ses plages dominés par de hautes falaises de congloméra ocre. Là, nous réalisons une superbe grande voie « ambiance calanque » au-dessus de l’eau sur un rocher magnifiquement sculpté de gouttes d’eau.

Pista Ciclabile

Delphine dans 1ère longueur de Pista Ciclabile

Nous allons ensuite vers Vilacidro réaliser un beau canyon dans un massif granitique très « cévenole », la descente est ludique avec une belle cascade de 45m !

canyon Rio Oridda

Pour finir notre séjour, nous retournons vers Jerzu et Ulassai magnifique coin de grimpe avec des barres rocheuses à perte de vue, une ambiance  montagnarde très agréable avec vue sur la mer !

Secteur Ulassai

Bilan, c’est une île qui vaut vraiment la peine d’être découverte, il y encore un gros potentiel de secteurs d’escalade à équiper, il y a quelques canyons très sympas, et en plus on mange très bien ! Avis aux amateurs de VRAIS pizzas !

Stéph D.


mai 27 2013

Une belle journée de montagne ce printemps

Après le rude hiver et ce printemps plutôt capricieux que dis-je calamiteux, enfin une belle journée s’annonce ce 26 mai.

Pourquoi pas aller voir les montagnes du Couserannais, visiter les montagnes dans le coin de la Hilette. Une certitude, nous allons avoir de la neige.

Le pic de Couillac

 

Le cirque de Cagateille

 

La cabanne de la Hilette 1750m

La limite de la neige dans ce coin de l’Ariège démarre à 1700m. L’étang de la Hilette est encore bien dans sa parure hivernale et au-dessus on s’imagine vraiment bien ski aux pieds tellement les pentes du Port de Couillac sont une véritable invitation. Mais ce sera sans ski que nous remonterons les larges pentes du port, un véritable bonheur.

Les sommets du Certescans et Montabonne


Se retrouver en montagne avec ce ciel si bleu et toute cette neige et après toutes ces longues journées de temps pourris, on avait presque oublié que la montagne comme ça existait…
Bruno Colla
Guide haute montagne


mar 13 2013

Initiation au couloir de neige

Ce samedi 9 mars c’est avec une bande d’ élèves d’une école d’ingénieur de Toulouse que nous nous retrouvons, avec pour objectif l’ascension de couloirs de neige. Le couloir envisagé sera le couloir est du pic de Pédrons 2715m. Ce sommet surtout parcouru par les skieurs de randonnée offre également un visage adapté à l’initiation à l’alpinisme.



Le but de cette journée sera l’apprentissage de la progression en couloir, avec l’encordement adéquat, l’assurance en mouvement et d’une manière générale, l’observation et la compréhension de la montagne en milieu enneigé


Bruno Colla
Guide haute montagne


fév 20 2013

CASCADES DE GLACE A KANDERSTEG (SUISSE)

Profitant d’une période sans travail dans les Pyrénées, nous décidons, Lara, Benoit, Matthias, et moi d’aller découvrir ce spot de cascade de glace situé en plein cœur de la Suisse dans le massif de l’Oberland.
Le déplacement est un peu long mais sa réputation en vaut la chandelle…
Kandersteg est un petit village Suisse avec une petite station de ski et notamment des pistes de luges que l’on emprunte à partir des remontées mécaniques, chose que je ne connais pas dans les stations françaises.


La météo est un peu capricieuse, il neige toujours un peu chaque jour, cela ne nous empêche pas de grimper et de réaliser de supers itinéraires dont Rubenzahl un grade 6 de 215m et 3 autres itinéraires dans le niveau 5+.



Nous avons tous en tête avant de repartir d’aller faire un tour sur le chef d’œuvre local : c’est de Crack Baby qu’il s’agit, c’est une exceptionnel cascade de 340m grade 6.

C’est pas gagné d’autant plus que la météo n’est toujours pas avec nous. Après une marche d’approche (2h) effectué sous la neige et profitant d’une petite accalmie nous décidons d’attaquer. L’accalmie est de courte durée et les coulées de spindriff se font de plus en plus fréquentes.
Les conditions un poil sévère rajoutés à la beauté de la cascade nous font prendre conscience que l’on a vécu un grand moment, lorsque le dernier rappel nous ramène à son pied.


Il est temps de rentrer vers nos Pyrénées lointaines en se disant qu’il reste tant d’itinéraires splendide à faire . Donc rendez vous est pris pour une prochaine fois au cœur de ce petit paradis glacé…
Bruno