Rêver d’hiver…

La neige volette dans le silence du soir. Il fait froid. Mon souffle s’épaissit en nuées avant de disparaître dans un ciel noir. Les arbres ploient, accablés par un manteau neigeux volumineux et lourd. C’est d’abord son odeur que je perçois, subtile. Elle n’est plus très loin, juste derrière ce dernier relief. Les ombres se forment enfin. Le halot de la cabane, que fait danser quelques bougies, occupe toute mon attention. Je défais lentement mes raquettes et enlève mon sac. Mes doigts engourdis rythment ce moment d’intense bonheur. J’ouvre enfin la porte, libérant l’air chaud de ce cocon de vie. Un morceau de pain, un bout de saucisson ,un verre de vin et je redeviens humain, malgré l’isolement des lieux. Je remets deux bûches dans le poêle et m’installe dans mon fauteuil. La nuit est loin, la neige s’évapore sur mes épaules et mes yeux s’imprègnent de cette lumière vacillante.  Je me remémore cette dernière escapade terminée à la nuit, le poids du sac, le froufrou de la neige sous mes pas, l’atmosphère féérique lorsque la lune a fait une brève apparition et la surprise de ces pattes d’ours, découvertes non loin du torrent. Comme moi, il a du regagner sa tute pour passer la nuit, bien protégé par son pelage d’hiver. Au bout d’un moment empreint d’éternité, j’éteins une à une les bougies et m’allonge sur ma couche. Les yeux clos, je reste quelques instants à écouter le silence d’une nuit de janvier en montagne, là-bas, au fin fond des Pyrénées…

Stéphane


Laissez une réponse